19

Comment communiquer sur le droit à la déconnexion ?

Menu
19

Comment communiquer sur le droit à la déconnexion ?

Communiquer en amont pour sensibiliser et peser

Dès le départ, vous pouvez définir des objectifs de communication qui vous permettront de de mieux préparer les négociations et d’engager le dialogue avec les salarié-e-s, afin de gagner en rapport de force et en représentativité.

Consulter les salarié-e-s pour évaluer leur temps de travail, leur salaire horaire, leur surcharge informationnelle, le bouleversement des techniques de management, c’est déjà communiquer sur la nécessité d’un réel droit à la déconnexion. Si vous arrivez à établir un diagnostic partagé au plus près de chaque poste de travail, vous aurez déjà fait l’essentiel. La consultation permet aussi d’associer les salarié-e-s à la définition des revendications. Pour cela, vous pouvez notamment utiliser la consultation  présente en première partie de ce guide. Une fois l’état des lieux effectué, vous pouvez faire une campagne avec les chiffres (« 10 %des salariés de notre entreprise travaillent plus de 50 heures par semaine »). Vous pouvez aussi utiliser la campagne virale avec le mail envoyé le soir ou le weekend pour créer le débat.

Communiquer sur l’échéance en elle-même

Ne partez pas du principe que vos collègues connaissent le rythme ou le cadre des négociations. Le travail des représentants syndicaux peut parfois sembler distant pour des salarié-e-s que certaines directions ou organisations syndicales n’informent pas à hauteur des enjeux, en particulier dans un contexte social marqué par la pression financière.

Par conséquent, en faisant connaitre les dates de la négociation en tant que telle, vous établissez déjà un rapport de force (comme cela est souvent fait dans le cas des NAO sur les salaires, par exemple). C’est aussi l’occasion de communiquer sur les obligations et les manquements importants de la loi El Khomri sur ce sujet.

Si, à la place, par exemple, d’un « groupe de travail pour la rédaction d’une charte de bonnes pratiques des outils numériques » vous obtenez une réelle séance de « négociations en vue d’un accord sur les modalités du plein exercice par le salarié-e de son droit à la déconnexion » et que vous en faites une échéance attendue par les salariés concernés, vous aurez déjà en partie redéfini les règles du jeu en freinant les discussions parallèles et bipartites susceptibles de déboucher sur des textes creux, ou même en défaveur des salarié-e-s. En ce sens, la bataille de la communication porte aussi sur les termes du débat, et donc la manière dont il est perçu par le collectif de travail.

Communiquer pendant les négociations

La traduction concrète du droit à la déconnexion est très attendue par les salarié-e-s, même si certains peuvent sembler pessimistes quant à la possibilité de gagner de nouveaux droits protecteurs en matière de surcharge et d’organisation du travail.

Plutôt que de partir du postulat que l’exercice de la négociation est entièrement délégué par les salarié-e-s à leurs représentants, vous pouvez utiliser la communication à double sens pour créer un dialogue permanent et impliquer le collectif de travail dans les négociations. Informez du déroulé et des avancées ou reculs envisagés, mais pas seulement : en fournissant des espaces d’expression aux salarié-e-s pendant les négociations elles-mêmes, vous pourrez ainsi jauger votre capacité à engager des luttes gagnantes. Les réseaux sociaux sont des outils précieux pour « inviter les salarié-e-s à la table des négociations ».

N’hésitez pas à diffuser sur twitter et Facebook le détail des textes examinés et des positions exprimées, de façon à pouvoir mettre la négociation sous contrôle des salarié-e-s

Communiquer après les négociations pour décider de la signature de l’accord

  • Consulter les syndiqué-e-s pour définir la position CGT.
  • Soumettre la position CGT sur la signature aux salarié-e-s.

Remarque : du fait des pressions managériales, il vaut toujours mieux permettre aux salarié-e-s qui le souhaitent de donner leur avis de façon anonyme.

Il est important de communiquer sur le résultat des négociations, qu’il soit positif ou négatif.

S’il est positif, vous avez tout intérêt à valoriser votre démarche et vos victoires.

S’il est négatif, montrez aux salarié-e-s et au-delà que vous avez négocié avec conviction et sur quel objectif et expliquez pourquoi les échanges avec l’entreprise n’ont pas permis d’aboutir à un résultat favorable. Evoquez également la suite afin de donner des perspectives au collectif et aux salarié-e-s. Cela vous permettra aussi de montrer à l’entreprise que le dossier n’est pas clos.

Ne pas oublier la presse !

Echanger avec les médias vous permettra, d’une part, de peser plus fortement sur les négociations, et d’autre part de valoriser vos résultats auprès des salarié-e-s, de l’entreprise et du grand public. N’oubliez pas que la presse locale peut jouer un grand rôle pour l’ancrage d’une lutte sur un territoire.

Comment s’exprimer et contacter les médias ?

En premier lieu, il convient de définir le ou les messages que vous souhaitez faire passer, et à quel niveau (national ou local). Veillez à formuler vos informations en ayant pour objectif de vous adresser à des journalistes. Il ne s’agit pas de rédiger un tract, mais plutôt de délivrer les informations importantes qui justifient un fait d’actualité.

Pour solliciter les médias, vous pouvez vous appuyer sur les contacts que vous avez déjà pu constituer ou vous rapprocher des autres organisations (Fédération, UD, UGICT, etc.).

Pour vous aider à structurer les informations et à faire connaitre une actualité, vous pouvez rédiger un communiqué de presse et un dossier de presse pour le compléter.

Quelques conseils :

  1. Constituer un fichier de contacts précis (pas juste une liste d’adresses mail)
  2. Préparer les éléments de langage : message principal à transmettre, problématiques possibles et réponses
  3. Structuration du communiqué de presse :Titre court et clair
    Introduction de 4 lignes qui résume le message principal
    4 paragraphes au plus pour contextualiser et expliquer les actions menées et les résultats (ou les blocages)
    Conclusion en 3 lignes pour donner les suites ou perspectives
    Ne pas oublier d’indiquer aux journalistes la personne à contacter
  4. Vous pouvez constituer en complément un dossier de presse si l’ampleur du sujet le nécessite
  5. Une fois le communiqué de presse transmis par mail aux médias, vous pouvez cibler les journalistes à rappeler directement afin de les convaincre de traiter votre actualité.

Construire un plan de communication qui soit un véritable plan de travail syndical

Afin de matérialiser votre démarche syndicale en objectifs de communication, puis en actions concrètes, vous pouvez construire un retroplanning de communication qui soit un véritable plan de travail pour une ou plusieurs personnes. En face de chaque objectif de communication, vous pouvez accoler un support et des contenus adaptés, et partager les responsabilités pour impliquer largement les forces militantes.

Posez-vous également la question des contraintes humaines, techniques, matérielles et budgétaires, mais ne partez pas du principe que la communication est un exercice difficile et couteux : à l’heure du numérique, on peut faire beaucoup avec peu de moyens.

  • Par exemple :
  • Objectif  : S’appuyer sur le vécu et les aspirations des cadres en matière d’équilibre vie privée / vie professionnelle
  • Calendrier  :
    • à J-90 : Lancer un questionnaire en ligne en envoyant le lien par mail et en diffusant l’adresse sur un flyer A5 à J-60 : Arrêter les résultats pour les analyser et les synthétiser
    • J-30 : Envoyer par mail une analyse synthétique d’une page et publier sur le site les résultats détaillés
    • J-15 : distribuer un tract infographique faisant état des chiffres clés et publier chaque jour un de ces chiffres sur les réseaux sociaux
    • J-2 : envoyer une newsletter récapitulative, imagée et vivante, avec un débouché clair (un lieu, un mail, ou une URL pour suivre l’avancement)

Travailler minutieusement les contenus, pas juste la mise en forme

En matière de contenus, il est toujours pertinent de combiner des faits objectifs (chiffres « officiels » ou « contre-expertise », état des lieux local,  par branche, ou national) et des approches subjectives qui reflètent le vécu et les aspirations des salariés, et la manière dont les positions du syndicat y font écho.

Vous pouvez également intégrer des citations ou témoignages qui humanisent votre démonstration et permettent aux collègues de s’identifier à la problématique.

Vous pouvez enfin citer les nombreux exemples d’avancées obtenues ailleurs et que nous mentionnons dans ce guide afin de fournir des perspectives concrètes et réalisables.

Utiliser des outils disponibles, simples et accessibles à tous

Outils édités par l’Ugict-CGT 

  • Reference-Syndicale.fr, plateforme de blogs pour les syndicats
  • Syndicoop.fr, plateforme syndicale et coopérative, notamment la coopérative Communication et la coopérative Droit à la déconnexion
  • La Mutuelle de tracts, https://syndicoop.fr/mutuelle/

Logiciels libres

Vous pouvez aussi faire un tour sur Framasoft (https://framasoft.org/, pour « dégoogliser internet ») un portail complet de ressources, logiciels, et services en ligne en open source, notamment :

Les vecteurs possibles pour communiquer :

  • Site web ou blog
  • Newsletter / Mailings de masse
  • Mails individuels ou groupés, personnalisés
  • SMS (J-1/ pendant les négos)
  • Réseaux sociaux (Facebook pour les collègues, Twitter pour les journalistes et militants)
  • Presse écrite, radio, TV, et web, locale et nationale
  • Affichettes pour panneaux syndicaux / collages d’affiches
  • Tracts (Flyers, 1 page, recto verso, 4 pages explicatifs)
  • Réunions d’informations et d’échanges

 

Cette page a été mise à jour le 23 mars 2017

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

Top