6

Pourquoi faut-il réduire le temps et la charge de travail ?

Menu
6

Pourquoi faut-il réduire le temps et la charge de travail ?

Rendre le droit à la déconnexion effectif en redonnant la maîtrise du choix de la connexion ou de la déconnexion aux ingénieur-e-s, cadres et technicien-ne-s, nécessite de s’attaquer aux causes de la « sur-connexion » qui sont directement liées à l’organisation et aux conditions de travail.

La charge de travail et sa durée sont les premières causes de la « sur-connexion ».

C’est la raison pour laquelle la question de l’évaluation de la charge de travail et de sa durée est  centrale. C’est incontournable pour rendre effectif le droit à la déconnexion.

Pour l’Ugict-CGT, quatre raisons nécessitent de réduire le temps et la charge de travail :

1. Pour travailler mieux et protéger notre santé

Les heures supplémentaires, ni payées ni récupérées, se généralisent pour concerner 40 % des professions techniciennes et la majorité des cadres. Les outils numériques participent à l’intensification du travail, à la surcharge informationnelle et à la disponibilité permanente et sans limite. Ainsi, 56 % des cadres travaillent durant leur jour de repos. Et 30 % ne déconnectent jamais. Pourquoi ? Parce que la charge de travail ne cesse d’augmenter.

2. Pour travailler toutes et tous

D’un côté certains salarié-e-s travaillent trop, au détriment de leur santé, comme le montre les syndromes d’épuisement professionnels (dits « burn out »), de l’autre, le nombre de celles et ceux qui sont privé-e-s d’emploi n’a jamais été aussi élevé (6 millions) : les jeunes diplômé-e-s peinent de plus en plus à s’insérer dans la vie professionnelle ; 30 % des femmes occupent (bien souvent de façon subie) des emplois à temps partiel ; les seniors sont poussé-e-s vers la sortie (premières victimes des ruptures conventionnelles).

3. Pour protéger l’emploi à l’heure du numérique

En permettant l’automatisation de plus en plus massive des tâches et en dégageant des gains de productivité évalués entre 20 et 40 % selon les secteurs, sans réduction massive du temps de travail, les études montrent que 3 millions d’emplois sont menacés à court terme. Les suppressions d’emplois ont déjà commencé dans certains secteurs : banques, assurances, communication, télécoms, etc. À quoi sert le progrès technologique s’il n’est pas utilisé pour réduire le temps de travail et améliorer les conditions de travail ? Quel avenir pour les générations futures et notre modèle social ?

4. Pour mieux vivre ensemble :

réduire le temps de travail, c’est permettre d’ouvrir un nouveau cycle de progrès social et sociétal. C’est permettre aux femmes et aux hommes de concilier responsabilité professionnelle et parentalité. D’avoir un engagement citoyen, plus de temps pour se cultiver ou faire du sport…

Faute d’encadrement et de réglementation, l’usage des outils numériques entraîne une intensification du travail et, de fait, une disponibilité permanente vis-à-vis de son employeur.

Pour préserver l’emploi et la santé, la déconnexion ne peut se limiter au seul respect des temps de repos obligatoires et des jours de congés. L’enjeu est de gagner un droit à la déconnexion effectif permettant de préserver l’équilibre vie privée et vie professionnelle.

Cette page a été mise à jour le 21 mars 2017

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

Top